Articles taggés avec ‘Louis de Funès’

La mort lui a coupé le sifflet

Vendredi 2 mai 2014

Le 27 avril à l’âge de 90 ans  une voix extraordinaire s’est tue. Micheline Dax connue pour sa bonne humeur légendaire et ses bon mots, a eu une incroyable carrière où elle avait su embrasser avec un talent, tous les genres. Cette siffleuse exceptionnelle et les musiciens de films ont utilisait très souvent cette particularité en plus de sa voix qui lui permit des doublages innombrables. Dans ce registre, elle fut Piggy la cochonne, avec une voix de charcutière, dans le Muppet Show, un véritable triomphe. Etrange mélange entre gouaille et distinction le spectre de sa voix offrit un timbre incroyable à la Cléopâtre de  Goscinny et Uderzo ou à la terrible Morganna de de la petite Sirène de Disney. Elle a toujours eu l’art et la manière de divertir les gens et se retrouva maintes fois sur les planches avec les plus grands comiques comme Louis de Funès, Robert Manuel ou encore l’extraordinaire Francis Blanche. Second rôle recherché, mais fut surtout la reine du théâtre de boulevard dans les année 50 et très populaire à la TV dans les années 80. Pour le plaisir d’un dernier sourire écoutons Micheline Dax siffler  ”Over the rainbow”une dernière fois en cliquant ici et qu’après une pluie de larmes le sourire renaisse en ce joli mois de mai.

Sim n’est plus

Lundi 7 septembre 2009

sim

Le comédien et humoriste Sim s”est éteint à 83 ans.  Celui qui disait non sans une certaine espièglerie,  “L’erreur est humaine, regardez-moi” avait un réel talent d’humoriste, du reste il était une figure et une voix incontournable des grosses têtes, lui qui ne l’avait pas. Sim a tourné dans de nombreux films dont “Cartouche” de Philippe de Broca ou dans “Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais elle cause” du regretté Michel Audiard, pour ne citer que ces deux. Homme de télévision, il commence dans les années 60 aux côtés de l’incontournable Jean Nohain, le Michel Drucker de l’époque. Acteur, humoriste, chanteur ou encore écrivain, Sim sait tout faire, surtout rire des générations de Français. Il savait se moquait de sa “petite tronche” si douée pour les grimaces, “physiquement peu conventionnelle, spécial, mobile” qu’il avait mis au service d’un humour très visuel et populaire à la de Funès. Faire le clown sera aussi une manière de séduire les filles pour le comédien, conscient de ne pas être  “physiquement, le mec sur lequel les femmes se jettent sans réfléchir” comme Alain Delon. “Il a fallu pallier une carence”, reconnaît-il, lucide, le fourbe. Un de ses rôles phares fut le personnage burlesque de “la baronne de la tronche en biais” qu’il incarne, travesti en femme avec force mimique, pour notre plus grand bonheur. “C’était du gros comique qui m’a ouvert les portes des grandes émissions de variétés où je n’ai cessé de raboter, peaufiner, raffiner”. Le rideau tombe une dernière fois sur celui qui nous a fait si souvent mourir de rire, pour de faux.