Articles taggés avec ‘Robert Edwards’

Il est mort un 10 avril

Mardi 10 avril 2018

Robert Edwards

Le physiologiste britannique, Robert Geoffrey Edwards, est mort le 10 avril 2013 (à 87 ans). Il était lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 2010 « pour le développement de la fécondation in vitro

Ils sont nés ou morts un 10 avril

Dimanche 10 avril 2016

Kasuni ou Kasumi

Robert Edwards

Le physiologiste britannique, Robert Geoffrey Edwards, est mort le 10 avril 2013 (à 87 ans). Il était lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 2010 « pour le développement de la fécondation in vitro

Le père de la fécondation in vitro meurt dans son sommeil

Vendredi 12 avril 2013

Le biologiste britannique Robert Edwards avait obtenu le prix Nobel en 2010 à l’âge de 85 ans pour avoir permis la naissance de 4 millions d’humains grâce à une technique révolutionnaire et à ses travaux. Il avait mené ses recherches conjointement avec le gynécologue Patrick Steptoe, lui-même décédé en 1988. En effet le 25 juillet 1978 Robert Edwards  a donné naissance à Louise Brown, le premier bébé éprouvette,  et ouvrait ainsi la voie à une pratique qui a permis à des milliers de couples stériles d’avoir enfin un enfant. Le Prix Nobel co-pionnier de cette véritable révolution scientifique est mort le 10 avril paisiblement dans son sommeil, des suites d’une longue maladie à l’âge de 87 ans.Cette pratique sur la manipulation d’embryon  humain a posé à l’époque une farouche opposition, posant de véritables problèmes éthiques. «Peu de biologistes ont eu un tel impact sur l’humanité», a déclaré mercredi Peter Braude, professeur d’obstétrique et de gynécologie au Kings College à Londres. Pour Robert Edwards père cinq fois : «Rien n’est plus précieux qu’un enfant», et il avait continué et persisté malgré le dénigrement. Nombreux sont ceux qui a ce jour doivent le pleurer et qui sans lui n’auraient pas vu le jour.

Un Nobel au fond d’une éprouvette éprouvante

Lundi 11 octobre 2010

A l’âge de 85 ans Robert Edwards inaugure la nouvelle saison des Nobels 2010, en recevant le 4 octobre le prix Nobel de Médecine. Il est le trentième britannique à obtenir le Nobel de Médecine. Il a été récompensé “pour le développement du traitement de la fécondation humaine in vitro, ayant permis de traiter la stérilité qui affecte une large proportion de l’humanité et de 10% des couples du monde”. Plus de 30 ans après la naissance du premier bébé-éprouvette, Louise Joy Browne, née le 25 juillet 1978, Robert Edwards est enfin mis à l’honneur. Il avait avec son collègue gynécologue Patrick Steptoe, décédé en 1988, donc inéligible, mis au point ce traitement qui depuis Louise a permis à 3,75 millions d’enfants de voir le jour. Il y a encore quelques années il avait été “traité de fou”. Martin Johson dont Edwards fut le mentor déclare : “Il a persisté malgré des années de dénigrement, il  a amené obstétrique et la gynécologie à l’âge moderne”. Comme le veut la coutume, il lui sera remis officiellement un chèque d’un montant de 1,09 millions d’euros, le 10 décembre 2010, jour anniversaire de la mort du fondateur suédois de ces prix, Alfred Nobel.