Articles taggés avec ‘Benyamin Nétanyahou’

Il est né un 21 octobre

Dimanche 21 octobre 2018

Benyamin Netanyahou

L’homme politique israélien, Benyamin Netanyahou (en hébreu, בנימין נתניהו1), surnommé « Bibi » par ses partisans, est né le 21 octobre 1949 à Tel Aviv.

“Cette folie doit cesser”…

Lundi 4 août 2014

Benyamin Netanyahou annonce qu’il continuera à démanteler les tunnels existants par tous les moyens. Il a déclaré lors d’une intervention télévisée qu’il maintiendrait la pression contre le Hamas dans la bande de Gaza, ”aussi longtemps que nécessaire”.

Le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, dénonce les massacres civils provoqués par Israël. Il évoque même le “carnage” à Gaza. La communauté internationale se dit choquée et indignée par le bombardement meurtrier d’une école de l’ONU à Rafah.

Pour le président de L’ONU, Ban Ki-moon, « C’est un scandale du point de vue moral et un acte criminel. Cette folie doit cesser. »

Shimon Peres passe le flambeau

Vendredi 25 juillet 2014

A 90 ans Shimon Peres quitte la présidence d’Israël, poste essentiellement honorifique, et passe le flambeau à Reuven Rivlin, membre du Likoud, le parti du premier ministre Benyamin Nétanyahou. Il n’en reste pas moins que  Shimon Pérès, lauréat du Nobel de la Paix 1994, soutient la guerre contre le Hamas à Gaza.

En 1994 il avait partagé son Prix Nobel de la Paix Yitzhak Rabin et le chef palestinien Yasser Arafat pour les accords d’Oslo qui malheureusement n’ont jamais pu imposer une paix durable.

Froid glacial entre la Grande Bretagne et l’Israël

Samedi 19 décembre 2009

tzipi-livniLe système judiciaire anglais, en vertu d’une législation dite de “compétence universelle”, permet à un tribunal d’émettre des mandats d’arrêt pour les crimes de guerre à l’encontre de hauts dirigeants étrangers en visite officielle. A ce titre une plainte a été déposée par des avocats représentant des victimes palestiniennes de l’offensive menée dans la bande de Gaza par l’armée israélienne. Tzipi Livni, l’ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour crime de guerre, a dû annuler son voyage à Londres. Même si cette nouvelle affaire n’est pas un précédent en Grande-Bretagne, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a qualifié ce mandat d’arrêt d”absurdité” et considère l’incident avec la plus “extrême gravité”. Quant à Livni elle a déclaré “Israël devait faire ce qu’il fallait, condamnation ou pas, déclaration ou pas, mandats d’arrêt ou pas. C’est le rôle de ses dirigeants”. Cela jette un froid polaire entre les diplomaties des deux pays concernés, peu enclin à un réchauffement quelconque de notre planète