Articles taggés avec ‘Ban Ki-moon’

Il est né un 13 juin

Mardi 13 juin 2017

Ban Ki-moon

Le diplomate et homme politique sud-coréen, Ban Ki-moon est né le 13 juin 1944 à Eumseong. Succédant à Kofi Annan, il est l’actuel et huitième secrétaire général des Nations unies depuis le 1er janvier 2007.

Joyeux anniversaire

Lundi 13 juin 2016

Ban Ki-moon

Le diplomate et homme politique sud-coréen, Ban Ki-moon est né le 13 juin 1944 à Eumseong. Succédant à Kofi Annan, il est l’actuel et huitième secrétaire général des Nations unies depuis le 1er janvier 2007.

“Cette folie doit cesser”…

Lundi 4 août 2014

Benyamin Netanyahou annonce qu’il continuera à démanteler les tunnels existants par tous les moyens. Il a déclaré lors d’une intervention télévisée qu’il maintiendrait la pression contre le Hamas dans la bande de Gaza, ”aussi longtemps que nécessaire”.

Le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, dénonce les massacres civils provoqués par Israël. Il évoque même le “carnage” à Gaza. La communauté internationale se dit choquée et indignée par le bombardement meurtrier d’une école de l’ONU à Rafah.

Pour le président de L’ONU, Ban Ki-moon, « C’est un scandale du point de vue moral et un acte criminel. Cette folie doit cesser. »

Après la Libye la Syrie ?

Lundi 31 octobre 2011

Alors que la situation en Syrie est plus que jamais au bord de la rupture et risque de tourner en une véritable guerre civile particulièrement meurtrière, Damas campe sur ses positions.  Alors que la mort de Kadhafi a certainement donné un nouvel élan à l’opposition syrienne, le régime durcit les répressions, les arrestations et bloque les activités en ligne des opposants. Vendredi la Syrie a connu de nouveau une journée particulièrement violente. La Ligue arabe menace Bachar al Assad, d’une intervention internationale si son régime ne s’engage pas sur un calendrier de réformes et n’entame pas sérieusement un dialogue avec l’opposition actuellement en exil. Ban Ki-moon demande de son côté ” La fin immédiate des opérations militaires contre les civils”. Il reste que les blocages russes et chinois au conseil de sécurité de l’ONU, rendent, dans l’immédiat, toute intervention peu probable.  Bien entendu, Assad est conscient du fait que les occidentaux vont mettre la pression, aussi hausse-t-il le ton. A l’instar de Kadhafi, Assad défi les occidentaux et menace d’embraser la région. Pour bien préciser les choses il leur pose cette question :” voulez-vous voir un nouvel Afghanistan, ou des dizaines d’Afghanistan ?” Suite aux intimidations et aux méfiances de part et d’autres, verrons-nous à terme,  la Syrie finir comme la Libye ?

Demande d’adhésion d’un Etat de Palestine à l’ONU

Samedi 24 septembre 2011

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a réaffirmé avec détermination sa volonté de présenter une demande d’adhésion d’un Etat Palestinien à l’ONU, et la remet en main propre à Ban Ki moon. La Palestine serait alors le 194e Etat membre des Nations unies. Il est évident que de nombreux diplomates ont  tout fait pour le dissuader et il a déclaré : ” L”administration américaine a fait tout ce qui était en son pouvoir pour faire échec à notre projet. Mais nous allons aller de l’avant, en dépit des obstacles, et des pressions car nous voulons obtenir nos droits, nous sommes le seul peuple au monde encore sous occupation”. La crainte d’un nouvel embrasement entre les Palestiniens et les Israéliens est ce que certains pays reprochent à cet acte unilatéral. Pour les Européens, le plus important est avant tout de relancer les négociations actuellement dans l’impasse. Washington a dès à présent  annoncé sa vonlonté d’opposer son veto lors du conseil de sécurité. L’assemblée générale davantage acquise à la cause palestinienne pourrait lui conférer le statut d’observateur. D’une manière ou d’une autre, les Palestiniens ont rendez-vous avec leur histoire.

Ban Ki moon sans rival

Vendredi 24 juin 2011

Le Sud Coréen Ban Ki-moon, 67ans,  a été réélu sans grande surprise, le mardi 21 Juin lors de l’Assemblée Générale de l’ONU pour un second mandat. Sans rival déclaré, et après avoir reçu le soutien des quinze pays du Conseil de Sécurité,  l’affaire était entendue et ne fut qu’une formalité. Il est vrai que cette élection  ne manque pas d’originalité, puisqu’elle se déroule par acclamation. Son mandat ne s’achèvera donc pas le 31 décembre 2011, comme prévu, mais bel et bien le 31 décembre 2016. Si beaucoup s’”entendent à dire qu’il n’a pas le charisme de son prédécesseur Kofi Annan, il n’empêche que durant le printemps Arabe, ce bourreau de travail a su prendre des positions courageuses. Il s’est impliqué personnellement dans la crise Ivoirienne et n’a pas ménagé ses critiques à l’égard du Libyen Mouammar Kadhafi ou du Syrien Bachar-Al-Assad qui depuis boycotte tout entrevue. Ce fils d’agriculteur,détenteur d’un master d’administration publique à Harward, spécialiste des relations internationales. En 2001, il fut chef de cabinet de Han Seung-soo alors président de l’Assemblée générale de l’ONU, et devint ministre de la diplomatie sud-coréenne en 2004. Ban Ki-moon,ainsi maintenu dans son poste, remercie et déclare : “Rarement les Nations Unies n’ont été aussi utiles, plus que jamais elles sont nécessaires.” Il a rajouté une note d’espoir à son message : “Ensemble, aucun défi n’est trop grand. Ensemble rien n’est impossible”. Nous voulons bien y croire !

Gbabo signe et persiste

Lundi 20 décembre 2010

La situation de Côte d’Ivoire s’aggrave d’heure en heure. Après les évènements dramatiques de jeudi dernier où la manifestation des partisans d’Alassane Ouattara a été réprimée dans le sang, l’armée loyaliste de Gbagbo quadrille Abidjan. Charles Blé Goudé leader des “jeunes patriotes” appelle à la violence. L’ultimatum, lancé à Laurent Gbagbo par l’Union européenne de quitter le pouvoir dans les plus brefs délais sous peine de sanctions, est resté vain. Pour toute réponse, le président ivoirien exige le départ de la mission de l’ONU et de la force militaire française Licorne, qu’il accuse de grave ingérence. Le secrétaire générale de l’ONU, Ban Ki-moon, a rejeté cette demande, mettant en garde Laurent Gbagbo contre toute attaque des soldats onusiens. Actuellement on compte sur place 10 000 Casques bleus et la force Licorne environ 900 hommes. Laurent Gbagbo, de plus en plus isolé, négociera -t-il une sortie pacifique ou fera-t-il basculer le pays dans une nouvelle guerre civile ? Pour l’instant, tout reste possible.

Let’s Recap…récapitulons

Dimanche 28 mars 2010

Ban Ki-moon porte-parole du Quartette en Cisjordanie

Vendredi 26 mars 2010

ban-ki-moonSuite aux récents événements qui enflammèrent de nouveau le Proche-Orient, le secrétaire générale de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est rendu en Cisjordanie pour tenter de relancer le processus de paix. Il assure l’Autorité palestinienne du “soutien ferme” du Quartette (ONU, États-Unis, UE, Russie), qui vient de se réunir à Moscou, favorable à un État palestinien “viable et indépendant”. Le président de l’ONU déclare que le blocus de la bande de Gaza par les Israéliens “cause des souffrances inacceptable”. Il s’est fait le porte-parole du Quartette qui, “condamne la décision du gouvernement israélien prévoyant la construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est”, étincelle qui a mis le feu aux poudres. Les Palestiniens voudraient faire de ce secteur la capitale de leur futur État mais Israël s’y oppose considérant l’ensemble de la Ville sainte comme sa capitale “indivisible et éternelle”. Israël exclut tout gel de la colonisation de Jérusalem-Est à majorité arabe, dont l’annexion en 1967 n’a pourtant jamais été reconnue par la communauté internationale. Jérusalem reste et demeure à ce jour la capitale éternelle, pomme de discorde entre les deux communautés.

Pour Faure Gnassingbé, nouvelle présidence du Togo contestée

Vendredi 12 mars 2010

faure_gnassingbeAprès une première élection contestée en 2005 et une tentative de coup d’État en avril 2009, Faure Gnassingbé, fils du général Gnassingbé Eyadéma qui a régné sur le Togo d’une main de fer pendant 38 ans (1967-2005), est réélu à la présidence du Togo. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé cette victoire avec 60,92 % des voix. La dynastie des Eyadem conserve le pouvoir. Le principal opposant togolais, Jean-Pierre Fabre, chef de l’UFC (Union des forces de changement) a catégoriquement rejeté sa défaite et ne “reconnaît pas” le résultat du scrutin à l’élection présidentielle. Par crainte de violences, la présence des forces de l’ordre a dû être renforcée. Dernier épisode de cette après élection, 12 opposants ont été interpelés dont deux dirigeants du MPA (mouvement pour le changement et l’alternance). Inquiet face à l’évolution des événements, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, appelle au calme et demande de résoudre les différents électoraux de manière légale et institutionnelle.