Articles taggés avec ‘Charb’

Brève du jour : nous sommes toujours Charlie

Mercredi 14 janvier 2015

Cabu

Il y a une semaine 5 dessinateurs de Charlie tombaient sous les balles de la haine sans culture et sans humour

Charb

Honoré

Tignous

Wolinski

Je suis charlie

Jeudi 8 janvier 2015

Charb

Quand les mots manquent il reste les crayons… pour dessiner cet hommage à ceux qui ont perdu la vie pour leurs idées et avant tout pour la liberté de la presse

Cabu

Tignous

La liberté d’expression reste encore un droit en France

Samedi 22 septembre 2012

Une une coup de poing mais qui ne manque pas d’humour. Une question est à nouveau sur la sellette, peut-on et doit-on rire de tout ? Dans un état de droit comme le notre certainement, même si l’on ne peut pas rire avec tout le monde. Le sujet est explosif, surtout dans le contexte international actuel,  mais il est totalement d’actualité de diffuser des caricatures impliquant des extrémistes qui font de Mahomet leur fond de commerce pour vendre leur violence aveugle et leurs velléités politiques. Pourtant il est bien évident qu’un dessinateur d’humour a pour vocation de mettre le doigt là où ça fait mal. C’est ce qu’explique Charb le rédacteur en chef  de Charlie Hebdo qui est totalement dans sa ligne éditoriale. Peut-on faire des exceptions ? Certainement pas, sinon cela devient de l’auto censure qui la pire des censures. Saluons le courage qui comme on le sait contient toujours une part d’inconscience mais les jeteurs de poil à gratter qui permettent aussi à une démocratie de grandir. Le problèmes des religions, quel qu’elles soient, fait partie des débats d’une société moderne et le dessinateur de presse est là pour l’illustrer. Alors maintenant chacun pourra s’exprimer selon sa sensibilité, et quand ça ne plait pas on n’est pas tenu d’y goûter, mais de quel droit peut-on en priver les amateurs.

Paris en proie aux cris et aux flammes

Samedi 5 novembre 2011

“Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas …” Cette affirmation sous forme de maxime à de quoi faire froid dans le dos au regard des derniers événements. Le 20 octobre des catholiques traditionalistes perturbaient une pièce du Théâtre de la Ville à Paris de l’italien Romeo Castelluci. D’après eux l’œuvre de cet artiste dégénéré soutenu par la presse et vus des bobos tout aussi dégénérés est blasphématoire puisque une image du Christ peinte par  Antonio de Messine serait maculée d’excréments et lacérée. Seulement voilà l’information était erronée, et s’est fort dépité après  cris et manifestations que nos catholiques traditionalistes durent se résoudre à ranger le goupillon et l’eau bénite. Quant aux musulmans extrémistes, si c’est avéré être le cas, la dernière affaire parisienne fut plutôt fumante. Suite à la dernière une de Charlie Hebdo rebaptisé, si j’ose dire, pour l’occasion Charia Hebdo, la politique du siège de journal brûlé a directement était activé par ses activistes recherchés. La condamnation de cet acte fut ironiquement unanime politiquement mais aussi par l’Imam de la Grande mosquée de Paris qui en a assez que l’on mette tous les musulmans dans le même sac.  Comme toujours les extrémismes de tous poils se touchent et l’on peut se demander si encore en France de nos jours la possibilité d’exprimer ses idées est toujours d’actualité. Quant à faire de l’humour cela deviendra vite mission impossible.