Articles taggés avec ‘Philippe Seguin’

Pour Didier Migaud, les comptes sont bons

Vendredi 26 février 2010

didier-migaudDepuis le décès de Philippe Séguin le 7 janvier, sa succession était devenue un véritable casse-tête. De nombreux noms avaient circulé, les derniers en date furent Alain Lamassoure, ancien ministre des Affaires européennes, puis du budget, ou Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État au Commerce extérieur. C’est le socialiste Didier Migaud, 57 ans, juriste de formation, qui passe de son poste de président de la commissions des Finances de l’Assemblée Nationale à celui de président de la Cour des Comptes. Le choix du président Sarkozy, qui vient aussi de nommer Michel Charasse au conseil constitutionnel, confirme sa stratégie d’ouverture à une certaine gauche. Certes moins connu que Philippe Séguin, sa très grande connaissance des rouages budgétaires de l’État a fait de Didier Migaud, l’homme de la situation, respecté de tous. Cette nomination est unanimement saluée comme : “Le poste juste pour un homme juste”. Celui qui rêvait de devenir ministre du budget devient le magistrat inamovible d’une institution que son prédécesseur avait tenté de dépoussiérer par la rendre plus proche des Français.

Let’s Recap…récapitulons

Dimanche 10 janvier 2010

Philippe Seguin trahi par son coeur

Vendredi 8 janvier 2010

philippe-seguin1L’information tombe comme couperet : Philippe Seguin succombe à une crise cardiaque dans la nuit de mercredi à jeudi 6 janvier. Né à Tunis en 1943, il fut ministre des Affaires sociales et de l’Emploi dans le gouvernement de Jacques Chirac entre 1986 et1988, président de l’Assemblée Nationale ( 1993-1997), et président du Rassemblement pour la République de 1997 à 1999. Il était Président de la cour des comptes depuis le 21 juillet 2004. Homme de convictions, il savait dire non. Il est à noter qu’avec son compère Charles Pasqua, Philippe Seguin, en 1992, s’était opposé au traité européen de Maastricht. Que dire d’autre, si ce n’est qu’il avait une carrure de Président. Laissons Jean-Pierre Rafarin avec son sens inné des slogans et des bonnes formules nous le dépeindre : “C’était un homme à caractère exceptionnel, il n’avait peur de personne, il résistait à tout, il avait de fortes convictions et beaucoup de courage, beaucoup d’audace”. Rien n’est meilleur que celui qui meurt ! Que chants de louanges et mots de sympathie accompagnent cette montagne, figure incontournable de la vie politique française , vers sa dernière demeure.