Articles taggés avec ‘Hosni Moubarak’

Joyeux anniversaire

Lundi 4 mai 2015

Hosni Moubarak

L’homme d’État égyptien Mohammed Hosni Moubarak est né le 4 mai 1928.

Gérard Jugnot

L’acteur, réalisateur, scénariste et producteur français, Gérard Jugnot, est né le 4 mai 1951 à Paris.

Le nouveau Raïs d’Egypte, est un civil mais aussi un religieux

Vendredi 29 juin 2012

À 61 Mohamed Morsi devient le premier président civil, depuis la chute des militaires en 1962, du pays le plus peuplé du monde arabe. En effet l’armée a toujours fourni au pays tous ses présidents jusqu’à Hosni Moubarak qui a démissionné en février 2011 et qui est actuellement entre la vie et la mort. Un civil certes mais aussi un religieux. Morsi est un islamiste issu des Frères Musulmans, le plus vieux mouvement sunnite crée en 1928 qui a toujours été en conflit avec le pouvoir militaire. Le nouveau Raïs obtient 51,7% des suffrages avec 13,2 millions de voix. Si le pouvoir militaire en place n’a pas pu imposer son président sous peine d’implosion, la junte en quelques jours a dépouillé le futur président de la plupart de ses prérogatives. Elle a dissout un parlement au 3/4 dominé par les islamistes et dimanche presque avant la fermeture des bureaux les militaires se sont attribués le pouvoir législatif mais aussi un contrôle absolu sur la prochaine constitution avec un système de véto par article. Pour conclure ils ont nommé comme chef de cabinet de Mohamed Morsi un général à eux. Cependant l’arrivée des islamistes au pouvoir inquiète énormément Israël qui voit la possibilité de rompre les accords de paix et de tendre la main au Hamas de la bande de Gaza, dont les membres ont fait la fête dans les rues en apprenant l’avénement de Mohamed Morsi comme nouveau Raïs de l’Egypte.

Le visage de la semaine selon Nalair

Dimanche 10 juin 2012

Lire l’article ici

Des acquittements et des blanchiments provoquent la colère en Egypte

Mardi 5 juin 2012

Hosni Moubarak, âgé de 84 ans, a échappé à la mort et a été condamné à la prison à vie, de même que son ministre de l’Intérieur Habib el-Adli, Quant à l’accusation pour  corruption, l’ex président ainsi que ses deux fils, Alaa et Gamal ont été blanchis, couverts par la prescription des faits. En ce qui concerne les six responsables de la police poursuivis pour la répression de la révolte contre le régime au début de l’année 2011, qui a fait officiellement environ 850 morts, ils ont été tout simplement acquittés. Le journal indépendant al-Chorouq écrit : «Moubarak est condamné, son régime acquitté» et «les révolutionnaires sont à nouveau sur Tahrir». Ceci résume bien la déception et la colère des milliers de manifestants qui ont a nouveau défilé au Caire, à Alexandrie et d’autres villes.

Amnesty Internationale estime que si la condamnation de Moubarack ” est un pas significatif pour combattre l’impunité qui règne depuis longtemps en Égypte”, il est évident que les acquittements “font que beaucoup attendent encore justice”. Au moment où va se jouer les 16 et 17 juin le deuxième tour des présidentielles entre Ahmed Chafiq de dernier premier ministre de Moubarack et Mohamed Morsi le candidat des Frères Musulmans, ce verdict est l’occasion pour ce dernier de demander de poursuivre la “révolution”. La pression demeure et Ahmed Chafiq a déclaré que les Frères Musulmans allaient ramené le pays “vers le Moyen âge”. Le verdict de ce procès n’a bien évidemment rien fait pour apaiser une situation déjà très tendue en Égypte.

Ayman Al-Zawahiri succède à Oussama Ben Laden à la tête d’Al-Qaïda

Vendredi 17 juin 2011

C’est sans grande surprise que l’Égyptien Ayman al-Zawahiri, considéré depuis des années comme le cerveau d’Al-Qaïda,  succède à Oussama Ben Laden à la tête du mouvement terroriste international. Arrêté et emprisonné trois ans après l’assassinat de Sadate en 1982, Al Zawahiri s’était déjà imposé à son procès comme un leader. Bien qu’il fut issu d’une famille de notables, il est évident que cet intellectuel affublé de grosses lunettes aux verres épais n’a ni le charisme ni l’argent de Ben Laden. Pour lui à l’époque une seule chose comptait trouver le financement pour déstabiliser le pourvoir en Égypte et y imposer un régime islamique. Il organise pour cela de multiples attentats, mais celui contre Hosni Moubarak, en 1995, échoue. C’est alors qu’Al-Zawahiri change radicalement de combat et se rallie à Ben Laden avec qui il signe le 26 février 1998, le manifeste d’Al-Qaïda et annonce la création d’un “Front islamique mondial contre les Juifs et les Croisés”. Il deviendra par la suite l’idéologue et l’un des principaux organisateurs d’attentats. A priori rien de franchement nouveau sous le soleil des terroristes, certains prétendent même qu’il était déjà le véritable patron depuis des années.

Matraquage à l’égyptienne

Vendredi 28 janvier 2011

Après la Tunisie et l’Algérie l’épidémie protestataire fait tache d’huile et vient d’atteindre l’Égypte. Le régime Moubarack  est chahuté à son tour, en réponse un matraquage planifié fait rage dans plusieurs villes égyptiennes. En ce vendredi, jour des grandes prières hebdomadaires, un mouvement de protestation de grande ampleur est planifié. Les manifestants demandent maintenant expressément le départ du président dictateur. Le prix Nobel de la paix et ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique déclare que l’heure est venue, après quasiment 30 ans de pouvoir, que Hosni Moubarak se retire.  Mohamed El Baradeï, principal opposant du régime, se dit prêt à assurer l’intérim si la rue le demande. Prenant modèle sur la révolution de Jasmin en Tunisie les Égyptiens y croient, mais la résistance policière fait rage. Un manifestant abattu et les Frères musulmans emprisonnés, tout cela attise le  feu de la révolte. Après la Tunisie,l’Algérie, l’Égypte, il est curieux que le Maroc ne frémisse pas. L’avenir nous le dira.