Articles taggés avec ‘Bertrand Tavernier’

Joyeux anniversaires

Samedi 25 avril 2015

Dominique Strauss Kahn (DSK)

L’ économiste et homme politique français Dominique Strauss-Kahn (souvent désigné par ses initiales « DSK »), est né le 25 avril 1949 à Neuilly-sur-Seine.

Bertrand Tavernier

Le réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français Bertrand Tavernier, est né le 25 avril 1941 à Lyon. Il est président de l’Institut Lumière. Il est aussi membre de l’Organisation communiste internationale. Il est le père du réalisateur et comédien Nils Tavernier et de la romancière Tiffany Tavernier.

Cheick Diabaté

Le footballeur international malien Cheikh Tidiane Atipo Diabaté, est né le 25 avril 1988 à Bamako. Il évolue au poste d’attaquant aux Girondins de Bordeaux.

Lundi 9 décembre 2013

The End pour Donnadieu…

Jeudi 30 décembre 2010

Cette année le monde du Cinéma a payé un lourd tribu à la Camarde. Il faut dire que le Crabe a bien fait les choses. Il vient encore de frapper dans les rangs des comédiens. Bernard-Pierre Donnadieu, à l’âge de 61 ans, avant que le mot fin apparaisse au générique de l’année 2010. Certes cet acteur a longtemps joué de la voix, celle de l’acteur Harvey Keitel entre autres, mais il avait aussi comme l’on dit “une gueule”. C’est sans doute pour cela que dès ses débuts, il a travaillé avec les plus grands réalisateurs, comme Roman Polanski, Joseph Losey, Claude Lelouch, Henri Verneuil, Patrice Chéraux, Jean-Jacques Annaud ou encore Bertrand Tavernier. Par la suite, il s’est beaucoup plus consacré au théâtre ou  à la télévision, souvent sous la direction d’Yves Boisset, pour lequel il interprétera notamment Roger Salendro. Sa réputation d’homme brutal, gueulard, collait parfaitement aux rôles de durs et de méchants qu’il a si souvent interprétés. Pourtant cette “grande gueule” , contestataire de tout temps, a trouvé son maître, qui au terme d’un combat farouche et sans merci, a eu finalement le dernier mot.

Tavernier sers nous ton film

Mercredi 3 novembre 2010

Quand on évoque Bertrand Tavernier, on pense tout de suite au film de 1975, “Que la fête commence”, ou encore au “Juge et à l’assassin” de 1976. Il sait faire, c’est un familier du film d’époque. Il aime les reconstitutions soignées et le travail avec les chevaux dont il confie le dressage et les cours d’équitation à Mario Lurashi, une pointure mondiale. Le réalisateur parle avec passion de son travail et dit : “Je ne voulais pas reconstituer une époque mais capter son âme.” Une grande partie du film se déroule à Lacalm, un petit village du Nord Aveyron. Nous sommes en 1562, sous le règne de Charles IX, les guerres de religion font rage. Au centre du récit, Mélanie Thierry dans le rôle de Marie de Mézières, une des plus riches héritières du royaume, qui est devenue par mariage forcé, la princesse de Montpensier. Cette jeune femme aime en secret le jeune duc de Guise, dit “le Balafré”, le futur Henri III. Elle deviendra alors l’enjeu de violentes passions réglées au fil de l’épée, le tout orchestré de main de maître par Philippe Sarde. Tavernier avait “l’envie de raconter une histoire d’amour lyrique et ample…dans un film profondément français”, il l’a réalisé. Si vous partagez son goût pour le genre, n’attendez pas pour y aller.

let’s Recap, Récapitulons…

Dimanche 19 avril 2009

Du Tavernier made in USA

Jeudi 16 avril 2009

bertrand-tavernierAprès 30 ans de carrière Tavernier l’amoureux fou de cinéma américain, a tourné en Lousiane son dernier film,  une oeuvre complexe et maîtrisée. Un Film tout en anglais avec des petits moyens hollywoodiens, du reste  le réalisateur n’en est pas revenu d’avoir autant de monde à sa disposition  sur le tournage. Dans ce film, Tavernier dit que T. Lee Jones , principal interprète, “est en fait le vrai scénariste”, et va jusqu’à régler certaines cascades. Pour T. Lee Jones, tourner avec un scénariste français, c’est comme débarquer sur une autre planète. Etant l’un des acteurs les mieux payés d’Hollywood, pour tourner ” Dans la brume électrique” où il interprète le détective Dave Rochicheaux, un type droit, ancien alcoolique repenti, il concède de faire un effort sur son cachet,  pour que le film soit. Bertrand Tavernier nous offre ici, un très beau thriller crépusculaire adapté d’un roman de James Lee Burcke, un des maîtres du roman noir américain. Présenté en compétition au Festival de Berlin, beaucoup aimeraient le voir figurer au palmarès. Souhaitons lui good luck !