Articles taggés avec ‘François Fillon’

Il est né un 4 mars

Lundi 4 mars 2019

François Fillon

L’homme politique français, François Fillon, est né le 4 mars 1954 au Mans. Il sera l’unique premier ministre de Nicolas Sarkozy de du 17 mai 2007 au 10 mai 2012 et formera 3 gouvernements.

Ils sont nés ou morts un 4 mars

Vendredi 4 mars 2016

François Fillon

L’homme politique français, François Fillon, est né le 4 mars 1954 au Mans. Il sera l’unique premier ministre de Nicolas Sarkozy de du 17 mai 2007 au 10 mai 2012 et formera 3 gouvernements.

Jérôme Savary

L’acteur, metteur en scène, directeur de théâtre et de théâtre musical français, Jérôme Savary , est mort le 4 mars 2013 à Levallois-Perret.

Ils sont nés ou morts un 4 mars

Mercredi 4 mars 2015

L’homme politique français, François Fillon, est né le 4 mars 1954 au Mans. Il sera l’unique premier ministre de Nicolas Sarkozy de du 17 mai 2007 au 10 mai 2012 et formera 3 gouvernements.

L’acteur, metteur en scène, directeur de théâtre et de théâtre musical français, Jérôme Savary , est mort le 4 mars 2013 à Levallois-Perret.

Quelques brèves

Dimanche 9 novembre 2014

People et Justice

Après 36 heures de garde à vue, Nabila Benattia a été mise en examen pour tentative de meurtre sur Thomas Vergara et mise en détention provisoire.

Politique

Affaire embarrassante  pour François Fillon qui crie au complot. Le quotidien le Monde prétend que l’ex premier ministre aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, d’accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy. Qui dit vrai, nous le serons sans doute jamais mais voilà un sacré caillou dans la chaussure de celui qui  se prépare aux primaires de l’UMP pour les présidentielles 2017.

Sport

Ce soir, choc au sommet  de la ligue 1, c’est le classico Marseille PSG. Normalement Zlatan devrait être de retour après 7 semaines d’arrêt pour blessure à la cheville. Ce match sera diffusé dans 75 pays par 200 diffuseurs.

Politique internationale

L’ancienne citoyenne de l’Allemagne de l’Est, Angela Merkel, fête actuellement les 25 ans de la chute du mur de Berlin.

Nicolas nous refait du Sarkozy

Lundi 6 octobre 2014

Il crie partout qu’il a changé mais dès qu’on l’écoute plus de 10 minutes on voit rapidement que Nicolas ne sait faire que du Sarkozy. En serrant ces petits poings il veut reprendre du service faisant fi de tous les autres qu’il veut réduire au silence  au plus vite. S’il est sorti de son apparent mutisme pour se relancer dans la bataille et lorgner sur les prochaines présidentielles c’est qu’il sait que dans son camp on ne l’attend pas comme le sauver, ce qu’il voudrait être.

Les ambitions s’affichent que ce soit son ex premier ministre qui n’est pas près de lâcher le morceau

ou Alain Juppé le favori de Chirac. L’ex premier ministre compte bien se présenter à des primaires maintenant incontournables, même si Nicolas Sarkozy ne s’y résout  que contraint et forcé. Le match pour le principal parti de droite promet de belles séances d’ego centrisme, la bataille sera féroce au regard de celle de François Fillon et de Jean François Coppé il y a peu.

Juppé ne s’en fait pas compter

Vendredi 22 août 2014

Alain Juppé a bien compris que la meilleure défense c’est l’attaque, et sa nomination dans le triumvirat  UMP lui a aiguisé l’appétit. Il sait fort bien que Nicolas Sarkozy est sur le point d’effectuer son retour en première ligne et qu’il est temps de se révéler. Sa différence, c’est l’oubli, les français ont la mémoire des poissons rouges. Celui qui a été condamné à tord certainement mais qui avait été disqualifié par les français eux mêmes pour son mépris à l’époque où il était premier ministre bénéficie d’une nouvelle virginité.

Il ne s’en fait pas compter par l’ex président, ni par François Fillon qui fut un premier ministre sentant encore la fumée du brûlot de la chute du gouvernement emporté par la chute de Nicolas Sarkozy.

La guerre des chefs continue et ils sont légion à vouloir en découdre lors des futures primaires, que ce soit  les gros poissons comme Juppé ou Fillon ou le menu fretin comme Xavier Bertrand,  ils en veulent tous, c’est à croire que la place est bonne pour l’ego.

Nicolas Sarkozy est court-circuité par tous ces prétendant et même s’il reste encore le préféré des membres de l’UMP qui voteront pour les primaires, ces multiples concurrents ne font pas son affaire et il sortira affaibli de ce futur combat. Ce qui est étonnant c’est que tout le monde a dès à présent enterré la gauche et François Hollande.

Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, nous ne sommes qu’en 2014 et les présidentielles se profilent seulement en 2017, dans 3 ans…patience…Le crocodile a encore plus d’un tour dans son sac.

Copé démissionné

Mercredi 28 mai 2014

Lors d’une réunion de crise qui a eu lieu mardi matin le bureau politique du parti s’est réuni à l’Assemblée Nationale pour une séance d’explications sur l’affaire Bygmalion. Même si Jean-François Copé s’est battu jusqu’au bout, il s’est vu contraint et forcé de donner sa démission face aux charges des fillonnistes bien entendu, mais pas uniquement.  La crainte première était de voir l’UMP, crée en 2002, imploser compte tenu de la situation.

D’ici le 15 juin François Copé ainsi que toute de direction actuelle passera le relai à un triumvirat d’anciens premiers ministres.

Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon assureront donc l’intérim et devront préparer un congrès extraordinaire au mois d’octobre pour redonner la parole aux militants et redéfinir la politique générale du parti.

Le Point fait écoper le président de l’UMP qui prend l’eau

Mardi 4 mars 2014


Sa riposte est convenue. L’avocat entre en un long réquisitoire devenant à terme procureur et faisant le procès de la presse qui ose l’embêter. Il se la joue Président qui convoque la presse pour  lui remonter les bretelles. Il geint, se victimise et nous expliquer qu’on a commis le crime de les majesté en le trainant dans la boue avec des procédés digne de l’inquisition, lui l’homme intègre qui se met en défenseur de la transparence, tout en nous embrouillant pour ne pas répondre à ce qui lui ai demandé.

Sans jamais le nommer les qualificatifs comme “Tartuffe, bouffi d’orgueil”claque à l’encontre de Franz Olivier Giesberg.

Quant à Etienne Gernelle directeur de l’hebdomadaire le Point, ce dernier se dit mari de n’avoir pas eu de réponse digne de ce nom . Il précise par ailleurs que depuis que le journal le Point est né en 1972, ces membres n’ont servi la soupe à personne et le rôle d’une presse indépendante et faire un travail d’enquête sur les pouvoirs quels qu’ils soient, de droite ou de gauche. Par ailleurs, l’enquête continue et les publications avec si c’est nécessaire. Maintenant il s’agit que Mr Copé en prenne acte.

Voilà une affaire qui est du pain béni pour François Fillon, et si l’on avait un mauvais esprit on pourrait croire que l’info qu’a exploitée l’hebdo le Point pourrait venir de l’UMP lui même. Il faut dire que François Fillon avait déjà eu maille à partir avec la roublardise de Mr Copé lors des premières primaires de l’UMP, où les candidats c’étaient comporté comme des primates basiques. A quelques jours des municipales voilà un bien sale coup à nouveau pour l’UMP qui décidément sans Naboléon Sarkozi s’entredéchire en permanence. Cela rappelle bien entendu la guerre des roses et les barrissements perpétuels des éléphants du PS. Vive la politique libre de ces professionnels de l’embrouille. On peut toujours rêver…

Fillon jette un nouveau pavé dans la mare

Lundi 16 septembre 2013

Les déclarations de François Fillon continuent à faire des vagues non seulement dans la majorité mais aussi au sein de UMP. Les propos ambigus de l’ex premier ministre ont bien entendu étaient la cerise sur le gâteau de l’université d’été du FN à Marseille ce week-end. En déclarant qu’en cas de duel PS/FN il fallait voter pour le “moins sectaire”, c’est une première que l’on ne disqualifie plus d’office le FN.

Marine le Pen en rajoute une couche voyant l’effet produit au sein de l’UMP et du PS, elle déclare :”On parle de nous, on parle de nous sans relâche ! …Notre succès peut-être le plus grand, c’est d’être devenu incontournable”. Jean-Marc Ayrault souhaite une clarification de ces propos et déclare :« cette course-poursuite derrière le Front national est en train de mettre en péril la droite républicaine ». Les ténors de la droite ne manquent pas non plus de monter aux créneaux. Jean-Pierre Raffarin évoque une’”alerte rouge” rajoutant que “c’est le pacte fondateur de l’UMP qui est en cause ». Luc Chatel quant à lui parle de « courte échelle » au FN. Alain Juppé qualifie “d’incompréhensible” cette volte-face.  La position de François Fillon ne manque pas de faire grincer des dents et provoque à nouveau un véritable séisme au sein de l’UMP qui n’avait pas vraiment besoin de ça.

L’UMP voit-il le bout du tunnel ?

Lundi 17 décembre 2012

Il semble que l’effet Accoyer ait fait son effet.Face à la pression de la base, l”ancien président UMP de l’assemblée nationale , soutenu par 115 députés, avait proposé pour sortir de la crise, qui ébranle l’UMP depuis plusieurs semaines, de faire mardi un référendum auprès des députés UMP.  C’était une nouvelle façon de mettre la pression sur les deux candidats.

Curieusement ce week-end, nous apprenons que Jean-François Copé qui ne souhaitait pas de nouvelles élections avant les municipales 2014, a fait un pas vers le camp adverse, en proposant un nouvelle élection en septembre 2013.

François Fillon se félicite que son adversaire propose enfin un délai raisonnable. Mais ce dernier n’entend pas dissoudre pour autant  le R-UMP aussi facilement, du moins pas avant le conseil nationale. Le nouvelles élections pourraient inclure de nouveaux candidats, et une rumeur du camp fillioniste prétendrait que François Fillon pourrait ne pas se représenter. Voilà une affaire qui est encore loin d’être terminée.