Articles taggés avec ‘Jean-Louis Borloo’

Joyeux anniversaires

Jeudi 7 avril 2016

Jean-Louis Borloo

L’homme politique françaisJean-Louis Borloo, est né le 7 avril 1951 à Paris (15e). Il a été ongtemps député de la 21e circonscription du Nord et maire de Valenciennes.

Franck Ribéry

Le footballeur international français, Franck Ribéry, est né le 7 avril 1983 à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais. Il évolue au poste d’ailier gauche au Bayern Munich.

Teddy Riner

Le judoka français, Teddy Pierre-Marie Riner, est né le 7 avril 1989 aux Abymes en Guadeloupe. Il évolue dans la catégorie des plus de 100 kg (poids lourds).

Guillaume Depardieu

L’acteur de cinéma français, Guillaume Depardieu, né Guillaume Jean Maxime Antoine Depardieu le 7 avril 1971. Il est le fils des acteurs Élisabeth Guignot et Gérard Depardieu.

Yves Rocher

L’ industriel français de la cosmétique végétale, Yves Rocher est né le 7 avril 1930 à La Gacilly, Morbihan.

Ils sont nés un 7 avril

Mardi 7 avril 2015

Franck Ribéry

Le footballeur international français, Franck Ribéry, est né le 7 avril 1983 à Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais. Il évolue au poste d’ailier gauche au Bayern Munich.

Jean-Louis Borloo

L’homme politique françaisJean-Louis Borloo, est né le 7 avril 1951 à Paris (15e). Il a été ongtemps député de la 21e circonscription du Nord et maire de Valenciennes.

Russel Crowe

L’acteur néo-zélandais Russell Crowe est né le 7 avril 1964 à Wellington.

Tedy Riner

Le judoka français, Teddy Pierre-Marie Riner, est né le 7 avril 1989 aux Abymes en Guadeloupe. Il évolue dans la catégorie des plus de 100 kg (poids lourds).

Francis Ford Coppola

Le réalisateur, producteur et scénariste américain Francis Ford Coppola est né le 7 avril 1939 à Détroit dans le Michigan (États-Unis).

Une crise qui profite à l’UDI

Vendredi 23 novembre 2012

Même si Jean-Louis Borloo avoue qu’il ne se réjouit pas du pataquès actuel lors des élections de l’UMP, il ne s’en étonne pas trop non plus. Il pense que c’est pour lui évident qu’il y ait scission et avec une droite toujours plus à droite décomplexée telle que la présente Jean-François Copé. Le deuxième fait qui a précipité les choses, c’est les motions de “droite forte” sont arrivés en tête.  Pour l’UDI, l’union des démocrates et indépendants,  c’est une véritable aubaine et les adhésions se multiplient quelques 6000 à 7000 depuis le début de la semaine. C’est en quelque sorte le parti qui représente maintenant  la droite modérée. Comme quoi le malheur des uns a toujours fait le bonheur des autres. Pour tenter de régler l’affaire de la présidence de l’UMP mais aussi bloquer l’hémorragie, Alain Juppé a proposé de créer une commission de cinq membres dont lui même, un représentant de chaque parti et deux autres avec leur accord conjoint, qui sera chargée de vérifier et trouver une solution à une situation jugée dangereuse pour le parti. Nous verrons certainement un accord à terme mais en attendant le mal est fait, une scission existe même si l’unité est artificiellement conservée.

Un refus d’obstacle pour Borloo

Jeudi 6 octobre 2011

Décidément cette présidentielle de 2012 va être pleine de rebondissements et de surprises. Nous en avons eu déjà pas mal avec la disparition prématurée de quelques leaders charismatiques. Ce fut tout d’abord DSK mis hors course après ses démêlés judiciaires, puis Nicolas Hulot qui est défait lors des primaires par Eva Joly et enfin Olivier Besancenot  qui préfère passer la main. Dimanche soir, l’atypique Jean-Louis Borloo à la stupéfaction générale, surtout des siens, à moins de sept mois du scrutin, annonce sur TF1 qu’il renonce à se présenter. Voilà que l’inclassable politique prend à contre-pied le centre-droit qui en avait fait son porte-drapeau. Mais que s’est-il passé ? Une chose est certaine, il a gardé sa décision secrète jusqu’au dernier moment, sans doute pour que l’on ne cherche pas à l’en dissuader. Certains parlent de “pressions”, d’autres de mains tendues de la part de l’UMP. Une chose est évidente, sa décision dans le camp de la majorité fut plutôt bien accueillie, à l’instar de Nicolas Sarkozy jugeant “plus courageux de renoncer que d’y aller”. Mais comme la nature politique a horreur du vide, on se bat déjà pour prendre le relai. A côté du président du modem, François Bayrou, “candidat naturel” du centre, Hervé Morin souhaiterait un rassemblement des centres, tendance droite. Comme cela on se demanderait pas vraiment pour qui ils rouleraient ? Mais Hervé Morin et ses proposition sont loin de faire un consensus  dans ses propres rangs.

Borloo arme fatale du centre droit ?

Mardi 7 juin 2011

Jean-Louis Borloo se veut le rassembleur du centre droit tous azimuts pour détrôner Nicolas Sarkozy Ier de l’UMP. Réussira-t-il là où François Bayrou a lamentablement échoué avec son Modem. Si Borloo tente de fédérer et prend contacts avec Hulot, Lepage et Villepin, c’est qu’il sait, bien évidemment, que l’union sera sa force. Maintenant il n’est pas simple de galvaniser les ambitions personnelles et convaincre qu’il est l’unique arme fatale de la discorde annoncée dans une droite qui se fracture. C’est un fait avéré, l’UMP ne fait plus recette en tant que parti de la chance et de la voie unique. Un nouveau cancer ronge et affaibli son centre droit. Une question demeure à l’heure qu’il est : Jean-Louis Borloo  viendra-t-il à bout de l’homme providentiel autoproclamé depuis 2007, ou cédera-t-il aux voix des sirènes élyséennes? Il faut dire que Nicolas Sarkozy lors du dernier remaniement de gouvernement s’est trouvé devant un choix cornélien entre Fillon et Borloo. A priori le président craignait plus son ex et nouveau premier ministre qui était présenté par les sondages de l’époque comme un futur challenger fatal. La campagne présidentielle promet bien des manigences en tous genres et les coups vont voler bas, très bas, pas besoin de madame Soleil pour prévoir  ce qui est une évidence.

Un remaniement qui tourne à l’Arlésienne

Samedi 6 novembre 2010

Voilà un remaniement annoncé qui tourne à l’Arlésienne. Tout le monde s’était fait à l’idée que François Fillon vivait dans la bataille sociale des retraites, ses dernières heures en tant que chef du gouvernement bouclier. Lui-même prévoyant sa sortie, aurait demandé la présidence de l’Assemblée Nationale comme perchoir de consolation. Maintenant, tout bien considéré, il se verrait bien rester. C’est alors que se dessine l’alternative Borloo.

Pour certains, ce rassembleur des troupes centristes de droite, a un vrai charisme et ne manque pas d’ épaisseur politique. Sera-t-il tactiquement, l’homme choisi par Nicolas Sarkozy pour remettre un peu d’huile dans les rouages sociaux ? Même si cette action semble bien nécessaire à 18 mois de la présidentielle, rien n’est moins sûre. L’intéressé se défend de briguer ce poste et d’après un proche “pense que les médias en font un peu trop”. Quant à François Fillon, qui ne mâche pas ses mots, il qualifie son challenger de “zozo”. Un sarkozyste explique que : “Pour Fillon, être remplacé par Borloo est une humiliation insupportable”. Voilà une attente de remaniement qui  “pourrit ambiance”, mais semble le cadet des soucis de notre président qui repousse de semaine en semaine sa décision. On peut penser aussi que, pour une majorité de français, le véritable changement est ailleurs.

Let’s Recap, récapitulons

Dimanche 20 septembre 2009

Pire que la Censure, l’autocensure…

Vendredi 18 septembre 2009

jean-louis-borlooTout le monde sait bien que Borloo rime avec apéro, mais quand ce dernier en abuse que le film disparaisse c’est une autre histoire. Le Canard Enchaîné s’en amuse et jette l’info en pâture aux journaux… Privé d’images mais pas d’imagination, chacun se fait son film ! On mesure combien l’affaire de la vidéo d’Hortefeux a traumatisé la presse qui se fait hara-kiri avant même qu’on la censure. Jean-Louis Borloo avait un peu fêté l’enterrement en première classe de la taxe carbone certes, le dire c’est tout de même beaucoup moins drôle que de le montrer, surtout à ceux qui comme St Thomas ne croient que ce qu’ils voient. “Le pauvre ministre ne voit pas le micro placé juste devant…bing !”, décrit le journal. “Incapable d’aligner trois phrases, Borloo bredouille quelques mots incompréhensibles puis coupe court”. Cécile Duflot a pourtant l’habitude de voir des verts,  mais évite de les vider face aux caméras. Voilà un petit mot sur la vidéo que vous ne verrez pas, Hortefeux a payé pour apprendre c’est vrai. Arlette Chabot, patronne de l’info à France 2, qui tient plus à sa place qu’à faire un scoop “…redoute qu’un petit malin s’amuse à les balancer sur Net” demande alors la suppression des bandes. Une décision démentie par la directrice de l’information, bien entendu,”la vérité si je mens“. Voilà, ce qui était à craindre est arrivé et sans tarder. Copé a fichu les jetons à tous les patrons et tous les rédac-chefs de l’hexagone. Fini la franche rigolade aux dépends d’un  ministre en fonction. Maintenant ils vont tous devenir de ternes modèles de  notre royale démocratie. Espérons que Borloo en apprenant ça  a crié : “Diantre, ça s’arrose !”

Jean-Louis Borloo ministre de l’Ecologie récompensé par le «prix Press Club, Humour et Politique.

Mardi 1 juillet 2008

Jean-Louis Borloo ministre de l’Ecologie récompensé par le «prix Press Club, Humour et Politique 2008» Homme politique le plus drôle de l’année avec cette phrase «Sarkozy, c’est le seul qui a été obligé de passer par l’Elysée pour devenir Premier ministre.»Propos volontaire ou involontaire il n’en reste pas moins très drôle au moment où le président de la République prend la tête de l’Europe