Articles taggés avec ‘Eric Woerth’

Ils sont nés ou morts un 29 janvier

Jeudi 29 janvier 2015

Le réalisateur, le concepteur et l’animateur d’émissions de télévision français Pierre Tcherniakowski dit Pierre Tchernia est né le 29 janvier 1928 à Paris.

L’ homme politique français Éric Woerth, est né le 29 janvier 1956 à Creil (Oise).

L’animatrice et productrice américaine de télévision, critique littéraire et éditrice de magazines Oprah Gail Winfrey communément appelée Oprah, est née le 29 janvier 1954 à Kosciusko (Mississippi).

L’ écrivain, journaliste et dessinateur humoristique français François Cavanna est mort le 29 janvier 2014 à Créteil

Dix accusés sur douze sont renvoyés devant les tribunaux dans l’affaire Bettencourt/Sarkozy

Mardi 8 octobre 2013

L’ancien chef d’État n’avait jamais digéré la mise en examen le 21 mars dernier “pour abus de faiblesse” dans l’affaire Bettencourt, y voyant  ”une volonté de le salir”. Nicolas Sarkozy déclare après ce non-lieu : ” la vérité est enfin établie”.

Si les juges Jean-Michel Gentil et Valérie Noël ont pris cette décision après avoir fait des recherches dans tous les sens, c’est qu’ils estiment  que les indices existants ne sont pas suffisants pour un renvoi en correctionnel. Ne serait-ce pas aussi pour mieux traiter les autres dossiers comme celui  de Patrice de Maistre ou d’Eric Woerth ? Il est évident que si l’ex-Président de la République n’est plus de ces procès, cela considérablement dédramatiser l’affaire en permettant d’avoir les coudées plus franches, parce que les doutes et les indices subsistent.

Comme une célèbre affaire impliquant aussi un ex Président de la République, c’est souvent les second couteau qui payent la note. De ce côté Éric Woerth n’a pas vraiment la bonne place, en tant que trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy son affaire se complique à vue d’oeil puisqu’il reste mis en examen. Édouard Balladur, ancien mentor de l’ancien locataire de l’Élysée, lui conseille de rester prudent et déclare sur Europe 1 «Je pense que ce retour n’est pas pour demain. Je pense que son intérêt n’est pas de se presser» et rajoute :«Il vaut mieux se taire encore». Il faut dire que ce n’est pas la seule affaire dans laquelle Nicolas Sarkozy est cité, il reste :

La Libye

Les sondages de l’Élysée

L’affaire Karachi

L’affaire Lagarde Tapie

L’ex Président certainement piaffe d’impatience puisqu’il aurait déclaré, “A droite, désormais je suis le seul”. Pourtant si la sagesse serait de se presser d’attendre, nous verrons bien quelle stratégie sera son choix. En attendant le parquet ne fera pas appel et le Procureur de Bordeaux ne conteste pas les 10 renvois devant les tribunaux et déclare : «Le débat doit avoir lieu devant le tribunal et chacun pourra s’exprimer de manière contradictoire». Tout cela ressemble à un “deal” dont nous ne saurons rien.

Courroye et les “fadettes” illégales

Vendredi 9 décembre 2011

C’est un monde de voir le procureur de Nanterre déclaré hors la loi par la Cour de cassation dans le cadre de l’identification des sources du Monde. Le Procureur Courroye avait demandé à la DCRI, le contre espionnage, dans le cadre de l’affaire Bettancourt lorsqu’ Eric Woerth est mis en cause, les factures détaillées ou fadettes des journalistes du Monde, Gérard Davet, Jacques Folloren et Raphaël Baqué. L’objectif est clair, identifier les sources des journalistes, ce qui formellement interdit par la loi.  Cela tombe mal, Courroye est un magistrat, promu décoré présenté comme un ami par Nicolas Sarkozy. Bien entendu que des juges aux ordres il y en a eu de tout temps, et dans le procès Chirac nous l’avions déjà mentionné. Courroye quant à lui incarne la violence et l’absolutisme du pouvoir sarkozien, homme qui ne supporte pas la contradiction. Donc pour lui c’est la déception, il peut jeter son dossier à la poubelle et Le juge Zimmermann risque de le convoquer et mettre en examen le procureur juste avant Noël. Affaire à suivre…

Guerre des chiffres et des communiqués…

Vendredi 24 septembre 2010

C’était tellement prévisible que je l’avais annoncé hier dans mon article. La guerres des chiffres et des communiqués annonçant une victoire totale pour les deux camps a bien eu lieu. Selon l’Élysée la mobilisation du 23 septembre est en baisse par rapport à celle du 7 septembre, donc on peut voir là une lassitude ou une résignation des Français au mieux une prise de conscience du bien fondé de la réforme, notre pédagogie fonctionne. Pour la CFDT et François Chérèque la manifestation a été toute aussi importante, il ne s’est pas avisé de la voir plus importante comme l’a titré l’Humanité.fr, ce qui n’est pas très convainquant et laisse présager ou planer un doute sur une déception en demi teinte. Puis vient la valse des communiqués tout autant prévisibles. Selon Eric Woerth le gouvernement “va réfléchir”, autant dire c’est plié mais bon on tait son triomphalisme, on se la joue, je suis à l’écoute, sans bouger.  Du reste il a dit, de toute manière “la réforme sera votée et appliquée, car sinon on ne paiera plus les retraites des Français”. Quant aux syndicats, ils annoncent, bien entendu, que ce n’est qu’un début. Le plus préoccupant reste la non mobilisation d’une jeunesse, terriblement impliquée et qui se dit pourtant préoccupée. Il semble que ce ne soit pas dans sa culture de défiler avec des banderoles et des slogans, cela ferait-il ringard ?

La grève ne bat pas en retraite

Mardi 7 septembre 2010

La bataille des chiffres, comme à chaque fois, clot le cortège revendicatif. Du simple au triple entre le gouvernement qui annonce 1,1 millions de manifestants dans les rues françaises et 3 millions selon les syndicats. Cette grève a plus mobilisé que celle du 24 juin. Un bon score pour les syndicats qui de façon unitaire avaient battu le tambour, faisant de cette échéance une priorité, alors que Mr Accoyer dans une bravade avait déclaré :”Ce n’est pas à la rue d’empêcher le gouvernement de sauver les retraites”. Peu importe les revendications ou même les protestations parlementaires qui leur firent écho jusque dans l’hémicycle. François Fillon et Eric Woerth, encore en charge du dossier, sont restés droits dans leurs bottes, conformément aux ordres de l’Élysée. Pour eux la réforme est “juste”, alors à quoi bon l’amender, s’ il suffit de s’en convaincre. Ils ne voient et ne veulent même pas envisager “… d’autre solution que de continuer”. Et cela bien entendu au mépris de toute écoute,  comme si rien ne s’était passé. La réponse ne se fait pas attendre. Solidaires (Sud) appelle les autres syndicats  “à décider d’une suite à la hauteur des enjeux dans les jours qui viennent”. François Chérèque demande au gouvernement de parler vite, sinon il promet d’organiser  “la radicalité”. En fait tout cela était terriblement prévisible et typiquement français. On laisse pourrir l’affaire sans dialogue et l’on s’étonne que la grève demeure, encore de nos jours, le seul moyen d’attirer l’attention d’un gouvernement autiste.

Let’s Recap…récapitulons

Dimanche 8 août 2010

Eric Woerth s’adonne à la compression d’affaires

Samedi 7 août 2010

Une affaire qui survient en pleine réforme des retraites et risque  de faire chanceler un gouvernement déjà sous le coup de multiples affaires. Après les cigares de Christian Blanc, et l’affaire Joyandet et Bettencourt, voilà que Woerth persiste et signe. Comme le titre non sans humour le Canard en cet été déchainé pendant le Tour de France, ” Tourmalet :  Sarkozy déjà détenteur de maillot à poisse!”. Notre Président, coureur émérite, spécialiste de la petite reine, a bien tenté de donner le change et de détourner l’attention. Tout ce qu’il a réussi à faire, c’est de s’attirer les foudres en ce qui concerne ses déclarations sur les immigrés. Rocard peste et tacle, le New York Time quant à lui note dans ses colonnes : “Nicolas Sarkozy, qui aime être appelé Sarko l’Américain, attise dangereusement les passions anti -immigrés pour des calculs politiques à court terme”. Pour revenir à l’affaire Woerth, le voilà à nouveau épinglé, cette fois ci par Libération, dans la succession du célèbre sculpteur César. Voilà notre ministre du travail qui n’en manque pas, à force de démentir à tour de bras. Dans un équilibre instable sur un siège éjectable, Eric Woerth, après trois semaines très mouvementées, commence semble-t-il à avoir un début de vertige, rien de bon quand on trône au sommet.

Let’s Recap…récapitulons

Dimanche 4 juillet 2010

Woerth le défait

Mercredi 30 juin 2010

eric-woerth1Eric tombe; adieu veau, vache, cochon, couvée

L’Homme de ces biens, quittant d’un œil  marri

Sa fortune ainsi répandue,

Va s’excuser à ses amis

En grand danger d’être battu.

Le récit en farce en fut fait;

A l’UMP

On l’appela Woerth le défait.

Fusent des rires sous cape

Scintillent les dagues accéréees

Rien ne lui sera épargné

Au vainqueur d’hier

Au vaincu d’aujourd’hui

Cette nomenclatura UMP lâche

Celui même qu’elle adulait

Elle s’en rit et se repait

De le voir arborer ses taches

Le sourire entendu des députés

Jouxte un Sénat aux airs courroucés

Ainsi va la vie narrée

D’un ministre défait

La peur n’empêche en rien le danger

De son escalade prodigieuse

S’ensuit une chute vertigineuse

Roi des airs, flirtant avec les sommets

De sa pyramide UMP

Il barbote au ruisseau

Dans la fange, grogui, défait

L’équilibre s’est rompu par excès

Le voilà qu’il trébuche ce vautour des cimes

Ce grand prédateur halé

Dévisse sans fin et s’abime

promis aux plus sombres abîmes

Oublions le, cachons le

Dans quelques placards dorés

D’une administration zélée

Celui, qui hier encore, était promis

Aux plus hautes instances

Aux arcanes d’un pouvoir en transe

Son sort est scellé et c’est ainsi

Qui l’eut cru ?

Qui l’eut dit ?

Lets Recap…récapitulons

Dimanche 20 juin 2010