Articles taggés avec ‘François Bayrou’

Il est né un 25 mai

Samedi 25 mai 2019

François Bayrou

L’homme politique français, François Bayrou, est né le 25 mai 1951 à Bordères dans les Pyrénées-Atlantiques.

Joyeux anniversaires

Lundi 25 mai 2015

François Bayrou

L’homme politique français, François Bayrou, est né le 25 mai 1951 à Bordères dans les Pyrénées-Atlantiques.

Jonny Wilkinson

Le joueur de rugby à XV international anglais, Jonathan Peter Wilkinson dit « Jonny Wilkinson », est né le 25 mai 1979 à Frimley, dans le comté de Surrey. Il a évolué au poste de demi d’ouverture au RC Toulon de 2009 à 2014.

La droite n’a pas gagné, c’est la gauche qui a perdu

Lundi 31 mars 2014

Il semble que plus l’on s’éloigne de Paris plus l’on s’éloigne du pouvoir et c’est encore une fois le cas pour les municipales  2014, où l’on voit Paris au main du PS alors que Marseille reste au main de l’UMP avec un débordement à l’extrême droite dans le 7e secteur, le plus peuplé de la ville. Paris vote sa différence en élisant pour la première fois de son histoire une femme comme maire. Il faut dire que les parisiens n’avaient guère le choix. Pour en savoir plus cliquez ici

Les parisiens marquent leur originalité en élisant surtout une maire PS, ce qui durant cette dernière élection municipale n’est guère dans le sens du courant. L’UMP fait un demi triomphalisme  mais a tout de même conquis 155 villes de plus de 10 000   habitants. Une autre bataille reste à gagner pour la droite c’est celle des communautés de communes pour les grandes agglomérations comme Bordeaux et Lille entre autres

C’est à croire que seule les femmes PS ont été épargnées. Martine Aubry conserve facilement sa mairie de Lille mais risque voir la présidence de l’agglomération tournée au bleu du fait que Roubaix et Tourcoing aient changé de camp.

Quant au patriarche UMP Jean-Claude Gaudin il est élu pour une  4ème mandature dans un fauteuil.

Patrick Mennucci a payé le prix fort perdant même sa mairie et favorisant en maintenant la liste PS l’accession de Stéphane Ravier (FN) élu maire du 7e secteur de Marseille

Elle a échappé à la tourmente bleu et a sauvé sa mairie, c’est une miraculée de ce ras de marée UMP et FN. Certainement quelque part parce qu’elle n’avait pas été adoubé par Paris et le gouvernement, mais en plus parce sue Samia Ghali incarne le renouveau, la proximité avec les gens et qu’elle a l’art de faire de la politique autrement. Si vous souhaitez en savoir plus cliquez ici

Enfin un François heureux! Le palois Bayrou avait dit que s’il récupérait sa mairie il allait s’y consacrer. Il vaut mieux du reste parce que ses ambitions nationales ont tourné court.

Les municipales 2014 furent pour le PS et son gouvernement une véritable Bérézina électorale. Très ou trop souvent ce n’est pas la droite qui a gagné mais la gauche qui a perdu. Nous étudierons le cas de Limoges demain parce que ce fut un véritable poisson d’Avril avant l’heure.

La grande débandade

Mercredi 20 juin 2012

François Bayrou, âgé de 61 ans, député depuis 1986 a certainement payé cash sa dernière prise de position lors des présidentielles. Le leader du Modem obtient 30,17 % des suffrages, loin derrière la socialiste Nathalie Chabanne, qui gagne cette triangulaire à Pau avec 42,78 % et ira siéger à sa place au Palais Bourbon. Il déclare : « Quand on se heurte à une incompréhension, il faut réfléchir, prendre de la distance ». Année sombre pour celui qui se veut toujours et encore combattif.

Les stars du sarkozysme sanctionnées

Nadine Morano n’obtient que 44,33% des voix, contre 55,67% au socialiste Dominique Potier malgré tous ses calculs et ses rapprochements avec le FN. Cette Sarkozy en jupons déclare tout comme le fit Ségolène Royal en d’autres lieux : “J’ai subi de l’acharnement. Je garde des l’amertume contre les coups tordus”. Elle vise bien entendu par là, pas le Tweet mais la fausse interview de Gérard Dahan qui s’est fait passé pour le numéro 2 du FN. Elle compte portez plainte contre l’humoriste qu’elle taxe de militant socialiste.

Claude Guéant chute dans le 9e circonscription des Hauts de Seine à Boulogne-Billancourt où il n’obtient que 38,41%, contre 39,35% pour le dissident de droite, Thierry Solère. Son challenger ironise face à l’échec de l’éminence grise de l’ancien Président qui était arrivé en tête au premier tour en lançant :

“En démocratie on est pas nommé on est élu.”

Frédéric Lefèvre ancien porte-parole de l’Elysée s’est incliné devant Corinne Narassiguin (PS)

Michèle Alliot-Marie est battue dans la 6e circonscription des Pyrénées- Atlantiques, où elle était élue depuis plus de 25 ans, par la socialiste Syviane Alaux qui recueille 51,62% des voix.

Georges Tron, député UMP sortant, est sévèrement battu sur la 9e circonscription de l’Essonne. Avec 43,2% des voix, l’ancien secrétaire d’Etat est devancé par le maire socialiste de Ris-Orangis Thierry Mandon (56,8% des voix), franchement ce n’est pas le pied.

L’UMP au lendemain de la débandade prend acte de cette deux!ème défaite consécutive. Déjà de nombreux voix s’élèvent pour associer cette nouvelle défaite à la dérive droitière de leur parti on ne peut plus dans l’opposition, puisque tous les leviers sont maintenant entre les mains de la gauche.

Bayrou fait à Sarkozy le coup du père François

Vendredi 4 mai 2012

À trois jours des élections, François Bayrou fait durer le suspens pour dire quels seront ses consignes de votes pour le Modem.  Hier au soir, après avoir expliqué qu’il ne donnait aucune consigne de vote au groupe centristes composés de sensibilités multiples, il annonce qu’à titre personnel il voterait pour François Hollande et s’en explique. Pour lui sans trahir le fait qu’il soit centriste, il explique que Nicolas Sarkozy s’est livré “à une course poursuite à l’extrême droite dans laquelle nous ne reconnaissons pas nos valeurs”. Il est pourtant à noter qu’au moment de son intervention télévisée, l’aile droite du Modem s’était curieusement envolée.  Voilà une rupture politique longuement soupesé, et il ajoute : “Je ne peux pas voter blanc cela serait de l’indécision. Dans ces circonstances l’indécision est impossible”.  Le moment, même si le camp Sarkozy le minimise, est historique, car comme le dit le PS Vincent Peillon : “C’est la première fois dans ce pays que le leader du centre annonce qu’il votera à gauche”. François Hollande salue “Un geste courageux”,  alors que beaucoup considère  cette prise de position comme un suicide politique, tout en se défendant d’un quelconque rapprochement, pour ne pas défriser le front de gauche Mélenchoniste ou les verts qui ont déjà du mal à avaler la continuité du nucléaire. Un proche du Président n’hésite pas à tirer à boulets rouges sur celui que l’on a toujours taxé d’indécis et qui  passe aujourd’hui pour Judas,  et dit  : “Sa carrière est une catastrophe… Il est bouffi d’aigreur”. Décidément comme pour le débat, la bataille est âpre et les coups bas fusent de toutes parts. Jusqu’à la dernière seconde les deux camps ne lâcheront rien. Il est à prévoir dès à présent que lundi matin  la France, pour une raison ou une autre, aura une sacrée gueule de bois.

Un duel pour le 6 mai gauche droite prévisible

Lundi 23 avril 2012

François Hollande a fait la campagne en tête dans les sondages de A à Z et termine ce premier tour en leader, mais seulement à 1,5 point de son challenger. Bien évidemment, depuis 1981 l’espoir peut renaître dans le camp de l’opposition.

Tous les commentateurs politiques ont eu du mal à détecter la ligne directrice de sa campagne en ce premier tour, pour gagner il est bien évident qu’il faudra faire des alliances avec l’extrême droite qui devient une force à part entière, et le ventre mou du centre qui pourrait s’allier à François Hollande. Pour la première fois dans la Ve République, Nicolas Sarkozy, président sortant se représentant est devancé au premier tour.

Marine le Pen peut jouer un rôle d’arbitre dans cette élection présidentielle. Mais bien évidemment les 18 %, score histoire pour le FN ne lui appartiennent en rien et il est bien difficile de savoir comment s’effectueront les reports.

Pour tous les autres candidats c’est une grosse déception,  que ce soit Jean-Luc Mélenchon ou François Bayrou. Enfin rien de plus prévisible pour tous les autres candidats que d’avoir de petits scores . Maintenant 15 jours nous séparent d’un changement ou d’une continuité, tout reste à faire même si à chaud François Hollande pour les sondages est donné gagnant, la méfiance reste de mise et tout reste à faire.

Le centre est bouché

Mardi 29 novembre 2011

Il ne manque pas de futurs présidents qui veulent tenter un hold up au centre droit. Que ce soit  François Bayrou, Hervé Morin ou Villepin, ils sont venus ils sont tous là pour plomber en quelque sorte la majorité présidentielle et le modèle unique proposé par l’UMP. L’appétit politique est plus que jamais présent au centre, qui n’a pas fait ses primaires. Le Modem ne représente pas une grosse force ,mais peut faire pencher la balance de ses élections. Plus étonnant François Hollande se dit près à intégrer le plus crédible d’entre eux, c’est à dire pour l’instant encore François Bayrou dans son gouvernement si celui-ci appelle à voter pour lui au second tour. Villepin attend pour se prononcer.La candidature d’Hervé Morin, taxé de 1 à 2% par les sondages, n’a pas manqué de faire sourire. Les ambitions sont intactes, mais la réalité est tout autre. Comme très souvent nous allons, pour ces futures présidentielles 2012, nous retrouver dans un duel droite gauche, UMP, PS. avec tractation au second tour pour tenter de glaner quelques pourcentages qui feront toute la différence.

La société générale fait payer un lampiste

Vendredi 8 octobre 2010

Le président de la 11e chambre, Dominique Pauthe a condamné Jérôme Kerviel, pour faux et abus de confiance, à 5 ans de prison dont 3 de prison ferme et à payer la somme astronomique de 4,9 milliards d’euros. Dans sa grande mansuétude, le tribunal correctionnel de Paris a épargné à l’accusé de s’acquitter d’une amende prévue à cet effet, en payant au trésor public 375 000 € . Tout le monde s’étonne, surtout dans le milieu de la finance mondiale, que la Société Générale, dans cette affaire, passe pour une simple victime et ne soit en rien déclarée responsable. Faire de l’ancien tradeur un exemple soit, il est coupable, mais dédouaner son employeur de toute responsabilité, alors qu’il y a eu un contrôle défaillant, pour ne pas dire inexistant. La société Générale a vu son image écornée, c’est vrai, Daniel Bouton fut contraint de démissionner, mais curieusement Christophe Mianné, supérieur de Kerviel, fut seulement rétrogradé sur le papier, jugé incontournable par le nouvel état major. Les lampistes payent toujours le prix fort, mais là pour donner une idée de l’ampleur de la charge, il faudrait, à raison de 1000€ mensuel, 401 000ans pour mettre un terme à cette affaire.Voilà, comme le souligne François Bayrou, que la justice française prend le chemin de la tradition juridique américaine qui condamne à 150 ou 200 ans de prisons. Carole Guillaumin responsable de la communication de la Société Générale a déclaré, fort astucieusement, qu’une telle somme ne serait pas demandé à Jérôme Kerveil, mais que serait négocié le montant des dommages et intérêts, après l’ appel de ce dernier fait qui tombe sous le sens.

Sans vouloir crier avec les loups, il est fort probable que Jérôme Kerviel paye là, son attitude hautaine et froide, à la limite du cynisme.